Le Département 82 - 97 : Juillet 2019

Archives

Collapse

Uncollapse

Soyez informé de la mise en ligne de votre prochain E-Mag

Envoyer Fermer

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

Votre inscription a échoué

* Champs obligatoires

iStock-909104882.png
IMG_7655.png
Retour En avant

Plus de 3 M€ / an investis pour l'eau potable et l'assainissement

C'est devenu une tradition depuis trois ans, une « rencontre eau potable » rassemblant autour du Président du Conseil départemental Christian Astruc, les présidents de syndicats des eaux du département, le Président de l'Association des maires, les maires et les présidents de communautés de communes ayant conservé la compétence « eau », et les dirigeants de l'agence de l'eau Adour-Garonne, se déroulait jeudi 9 mai à l'Hôtel du Département.

Cette réunion était notamment l'occasion de rappeler les politiques d'aides, volontaristes, du Département en matière d'eau potable et d'assainissement collectif. Le Conseil départemental de Tarn-et-Garonne a fait le choix, contrairement à beaucoup d'autres départements, d'accompagner et de soutenir les maîtres d'ouvrage (syndicats des eaux, communes, communautés de communes) ayant la compétence « eau » et « assainissement collectif ». Il s'agit là d'un choix volontaire qui s'exerce dans un contexte budgétaire contraint. Les aides départementales s'appliquent, en ce qui concerne l'eau potable, aux travaux liés à la ressource (qualité, quantité), ceux liés au traitement et à la production (construction, amélioration des traitements...) ainsi que ceux liés à la distribution (renouvellement, renforcement et maillage des réseaux, construction de nouveaux réservoirs). Et en ce qui concerne l'assainissement collectif, elles s'appliquent aux travaux liés à la collecte des eaux usées, ceux liés au traitement des eaux usées et ceux liés aux interconnexions (transfert des eaux usées d'une commune vers un autre site de traitement sur une autre commune). C'est ce que précisait Christian Astruc lors de son discours d'ouverture de séance :



« Une enquête réalisée auprès d'une dizaine de départements voisins d'Occitanie et de Nouvelle Aquitaine a permis de constater que, ramené à l'habitant, le Conseil départemental de Tarn-et-Garonne est peut-être celui qui donne le plus de subventions sur les politiques d'eau potable et d'assainissement. Notre politique porte notamment sur le renouvellement des réseaux, qui constitue une dépense pour nos structures, financièrement lourde et pourtant nécessaire, en particulier dans le contexte actuel de la raréfaction de la ressource en eau.»



RENOUVELLEMENT DES RÉSEAUX : UN ENJEU MAJEUR

Cette réunion a également permis, grâce aux interventions de Guillaume Choisy, directeur général de l'agence de l'eau Adour-Garonne, Patrick Flour, directeur de la délégation de Toulouse, et Yves Regourd, membre du conseil d'administration, de revenir un peu plus en détail sur le 11ème programme de l'agence de l'eau pour la période 2019-2024. Un programme qui, on a pu le constater au fil des différentes interventions, ne satisfait pas les élus en charge de l'eau et de l'assainissement collectif. En effet, ils déplorent le désengagement de l'agence de l'eau, en particulier au niveau des travaux liés au renouvellement de réseaux, et s'inquiètent pour l'avenir à court et moyen termes ; comment parvenir à renouveler des réseaux vieillissants, ce qui permettra de garantir une qualité optimale de l'eau et d'éviter son gaspillage, sans pour autant augmenter de façon déraisonnable le prix de l'eau ? Il apparaît que sans l'aide de l'agence de l'eau, et même avec celle du Département qui fait déjà le maximum, cette équation est quasiment impossible à résoudre. C'est ce qu'évoquait également Christian Astruc dans son discours :



«Lors de notre rencontre du 6 mars 2018, nous avons principalement échangé sur la baisse des dotations annoncée de l’agence de l’eau (...). Le programme d’aide de l’agence 2019-2024, dont nous avons connaissance depuis l’automne, a impacté effectivement les politiques d’eau potable et d’assainissement (...). Alors même que les redevances des usagers de l’eau potable et de l’assainissement représentent 85 % des recettes perçues par l’agence de l’eau, les crédits affectés à ces politiques ne représentent même pas la moitié des dépenses engagées.»



Au terme de cette réunion, Christian Astruc s'est engagé à ce que les différentes observations et revendications émises au cours de la réunion soient transmises au plus haut niveau de l'Etat pour qu'elles soient prises en compte et que des solutions y soient apportées.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

CD82_HORIZONTAL.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même