Le Département 82 - 97 : Juillet 2019

Archives

Collapse

Uncollapse

Soyez informé de la mise en ligne de votre prochain E-Mag

Envoyer Fermer

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

Votre inscription a échoué

* Champs obligatoires

iStock-974640900.png
Retour En avant

Une stratégie pour améliorer la prévention et la lutte contre la pauvreté

En fin d'année 2018, le Gouvernement a proposé aux Départements de s'inscire dans un « pacte de solidarité », tendant à accroître l'effort public de prévention et de lutte contre la pauvreté. Conscient de l'importance que revêt cet enjeu en Tarn-et-Garonne, le Conseil départemental a décidé, lors de sa séance du 6 mars dernier, d'adhérer à la démarche formalisée par la signature d'une convention, aux termes de laquelle il s'engage à renforcer ses actions concernant les trois priorités identifiées : mettre l'accent sur l'insertion, prévenir toute sortie sèche pour les jeunes issus de l'aide sociale à l'enfance, refondre et revaloriser le travail social au service de toutes les familles. La qualité du travail technique immédiatement enclenché par la collectivité sur ces trois thèmes a été saluée par Olivier Noblecourt, délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté, lors de sa visite à l’Hôtel du Département le 29 mars.



INSERTION ET EMPLOI : FAVORISER LE RETOUR À L'EMPLOI DES BÉNÉFICIAIRES DU RSA

Parce que le Tarn-et-Garonne compte 6 280 allocataires du RSA au 31 décembre 2018, l'un des enjeux majeurs du volet insertion de la stratégie pour lutter contre la pauvreté est de créer les conditions pour que la dynamique économique bénéficie au retour à l'emploi des allocataires du RSA (voir par ailleurs la création de Tarn-et-Garonne Emploi).



AIDE SOCIALE À L'ENFANCE : FAVORISER L'AUTONOMIE DES JEUNES MAJEURS

Parmi les 608 mineurs confiés à l'aide sociale à l'enfance en Tarn-et-Garonne au 1er avril 2019, 60 sont nés en 2001 et ont ou auront 18 ans au cours de l'année. Le Conseil départemental peut néanmoins continuer d'accompagner ces jeunes jusqu'à leurs 21 ans lorsqu'ils sont confrontés à des difficultés familiales, sociales et/ou éducatives susceptibles de compromettre gravement leur équilibre. Cela se fait au travers d'un contrat jeune majeur. Dans la cadre de la stratégie mise en place, l'objectif sera de stabiliser cette politique en faveur des jeunes majeurs mais surtout d'accélérer leur parcours d'accès aux droits communs (formation, logement, emploi...).



TRAVAIL SOCIAL : FACILITER L'ACCUEIL DE PROXIMITÉ

Depuis le 1er octobre 2018, le périmètre des Maisons départementales des solidarités, services de proximité du Pôle solidarités du Conseil départemental, a été adapté à la nouvelle carte des intercommunalités. Ce nouveau schéma d'organisation territoriale permet le déploiement d'une stratégie sociale territoriale en cohérence avec la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté. A ce titre, le Conseil départemental s'engage dans la mise en œuvre de l'accueil social inconditionnel et dans la démarche du référent de parcours :

  • l'accueil social inconditionnel garantit que toute personne rencontrant des difficultés d'ordre social bénéficie d'une écoute attentionnée de la globalité de ses besoins et préoccupations afin de lui proposer le plus tôt possible des conseils et une orientation adaptée de proximité. Cet accueil doit se situer à moins de 30 minutes de son domicile.

  • le référent de parcours est un professionnel disposant d'une vision globale des interventions sociales qu'il coordonne, en accord avec la personne et en lien avec l'ensemble des intervenants qui l'accompagnent. Il assure la continuité du parcours d'insertion de la personne accompagnée et la cohérence des actions qui lui sont proposées.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.