Le Département 82 - 96 : Mai 2019

Archives

Collapse

Uncollapse

Soyez informé de la mise en ligne de votre prochain E-Mag

Envoyer Fermer

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

Votre inscription a échoué

* Champs obligatoires

Tribunes

Le Conseil départemental de Tarn-et-Garonne, dans le cadre de la loi sur la démocratie de proximité, donne la parole aux différents groupes de l’Assemblée départementale. Ces groupes politiques s’expriment librement. Les textes n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs (art. 68 du règlement intérieur).

  • Groupe des Radicaux Républicains et Apparentés

    En ce début d’année 2019, vient l’heure du bilan de 3 années de gestion de la nouvelle majorité.


    Les chiffres sont vérifiables dans les rapports présentés au Conseil Départemental ou sur le site de la D.G.C.L..


    Quatre constats :

    • une hausse de l’endettement 208,4 M€ au 1 janvier 2015 pour 210,4 M€ au 1 janvier 2018 ;

    • un effondrement des investissements  2013 : 97 € HT - 2014 : 94 € HT - 2015 : 78 € HT - 2016 : 72 € HT - 2017 : 70 € HT

    • des dépenses à caractère général (102 € HT) nettement au-dessus de la moyenne (69 €/HT) soit + 48 % en 2017

    • un taux de foncier bâti maintenu à son niveau de 2012 malgré un accroissement des bases d’impositions et l’explosion du produit des droits de mutation (20,7 M€ en 2014 pour 30 M€ en 2018).


    L’inquiétude des élus du groupe se porte sur les difficultés de l’exécutif départemental à concrétiser les projets votés avec des restes à réaliser qui dépasseront au 31 décembre 2018 les 40 M€ (41,3 M€). Sur 2015-2017 ce sont 56,6 M€ d’investissements qui auront été constatés en dépenses. On est loin des 120 M€ annoncés par ailleurs.


    Lors du dernier Tarn-et-Garonne Magazine, le groupe majoritaire parle « d’un cap, de sérieux et de sincérité », nous ne le constatons pas dans le bilan 2015-2017.


    Jean-Michel Baylet, Jean-Luc Deprince, José Gonzalez, Christiane Le Corre, Marie-Claude Nègre, Denis Roger, Michel Weill.

  • Groupe Socialistes et Apparentés

    Les Orientations Budgétaires traduisent un manque d’ambition pour l’avenir du Tarn-et-Garonne, département pourtant en difficulté. Aucun projet innovant, aucune vision pour un développement territorial équilibré.


    Pourquoi un rejet sans appel des propositions que nous portons en matière d’investissement dans les collèges du département ? Régulièrement nous demandons la création de salles sportives indispensables pour la pratique correcte de l’éducation physique par nos collégiens, nos jeunes. Le Tarn-et-Garonne investit moins de 20 euros par habitants et par an dans les collèges contre 32 euros en moyenne nationale...


    D’autant qu’il reste dans les caisses du département en fin d’année, 41 millions d’euros pour des investissement, validés et pourtant non dépensés ? L’argent est fait pour être investi au profit des Tarn-et-Garonnais. Cet argent est le votre.


    Nous regrettons les réunions « ultra rapides » qui n’ont pour but que d’évincer l’opposition, tout comme la décision de donner les pleins pouvoirs au Président pour signer les marchés de travaux de moins de 5,5 millions d’euros (autant dire tous).


    Nous restons vigilants et attentifs sur le sort réservé au personnel, au centre de vacances de Mimizan, aux politiques sociales et culturelles...


    Catherine Bourdoncle-Larnaudie, Ghislain Descazeaux, Liliane Morvan, Dominique Sardeing-Rodriguez.

  • Un budget responsable et ambitieux

    Groupe « Mobilisés pour le Tarn-et-Garonne »

    Dès le début du mandat, la majorité s’est fixée un cap alliant recherche d’ambition et souci de responsabilité, l’objectif étant de maintenir un haut niveau d’investissements tout en désendettant la collectivité.


    Aujourd’hui, il apparaît que ces engagements seront tenus.


    Ainsi, au regard des multiples projets engagés, parmi lesquels on peut citer les constructions du collège de Verdun-sur-Garonne, du gymnase du collège Azaña et du nouveau Centre départemental de l’enfance et de la famille, la rénovation des casernes de pompiers ou encore le déploiement de la fibre optique sur tout le territoire, le volume d'investissements sur le mandat équivaudra à celui de la période précédente, soit plus de 40 M€ par an en moyenne. Dans le même temps, la dynamique de désendettement amorcée en 2015 s'accélère, avec une dette nette en baisse de près de 7 M€ de 2015 à 2019.


    Des résultats d’ores et déjà tangibles obtenus, grâce à la maîtrise des dépenses de fonctionnement, sans augmentation d’impôts et malgré un manque à gagner de près de 10 M€ par an résultant de la baisse massive entre 2014 et 2017 des dotations de l’État perçues par le Département.


    Christian Astruc, Maryse Baulu, Jérôme Beq, Jean-Claude Bertelli, Jean-Philippe Bésiers, Véronique Cabos, Véronique Colombié, Francine Debiais, Gérard Hébrard, Jean-Michel Henryot, Colette Jalaise, Pierre Mardegan, Marie-José Mauriège, Véronique Riols, Frédérique Turella-Bayol, Léopold Viguié.

CD82_HORIZONTAL.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même